Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Réduire, Réutiliser, Recycler - Page 2

  • Projets Ecologiques et Solidaires : à vos Votes jusqu'au 8 Mars, Merci !

    La région Ile-de-France a lancé la 2ème session de son budget participatif écologique et solidaire.

    Vous pouvez voter pour un ou plusieurs des 721 projets qui ont été déposés, jusqu'au 8 mars !

    Voici le lien qui vous permettra de consulter les projets : vous pouvez les sélectionner par mot-clé ou par thématique :

    Budget participatif Ile-de-France

    Voici les projets locaux, déposés au Mesnil-le-Roi et à Sartrouville :

    (Ne cherchez pas, il n'y en a pas à Maisons-Laffitte. Pour en savoir plus)

    Le Mesnil-le-Roi

    Sartrouville

    Pour voter il faut un profil. Pour cela rien de plus facile : soit vous en avez déjà un, soit vous vous connectez en utilisant l'un de vos comptes gérés par France Connect : Impôts, Ameli, La Poste, etc. :

    A velo sans age.jpg

    A vos votes, merci d'avance !

  • Jouons à Cache-cache avec les Déchets dans la Salle de bain !

    Dans cet article nous allons passer au crible les produits de la salle de bain. C’est une des pièces où se cachent beaucoup de déchets et cela sans vraiment que nous nous en rendions compte.Illustration SDB 1.jpg

    Pour remettre en question les produits classiques que l’on peut trouver dans une salle de bain il faut s’intéresser à la composition et au packaging des produits. C’est ce que nous verrons dans les deux premiers points de l’article. Nous pourrons ensuite passer au côté plus « fun » : les alternatives possibles.

    Les déchets… très nombreux

    Plus vous avez de produits dans vos placards, plus vous aurez de déchets ! C’est quand je me suis rendue compte de cela que j’ai réduit drastiquement le nombre de produit que j’avais.

    Shampoing, après shampoing, gels douches, crèmes de jour, crèmes de nuit, masques, exfoliants, soins pour les cheveux, pour la barbe, crèmes pour le corps, crèmes pour les mains, crèmes pour les pieds, maquillages, démaquillants, cotons, cotons-tiges… et j’en oublie certainement !

     

    En y pensant c’est fou le nombre de produits que les marques peuvent nous vendre. Et avec… les inévitables déchets bien évidemment ! Car tout ça est généralement bien emballé, dans son pot et la boite en carton dans lequel le pot se trouve et un petit peu de plastique en plus en fonction des produits.

     

    Tout ça constitue généralement une part non négligeable de nos déchets. Pour limiter leur quantité plusieurs options :

    • Quand c’est possible prendre le format familial
    • Opter pour des produits « tout en un », par exemple une crème pour le visage qui va aussi bien pour le jour que pour la nuit.
    • Remettre en question l’efficacité de certains produits, par exemple l’après-shampoing (ils n’ont jamais marché sur moi) et arrêter de les acheter.
    • Réduire la fréquence des shampoings (vos cheveux vous diront merci) / ajouter de l’eau au shampoing (il sera plus facile et rapide à rincer et vous ferez des économies d’eau)
    • Remplacer les produits exfoliants par un massage au gant de crin ou à la brosse (une serviette bien rêche marche aussi très bien).
    • Choisir des produits solides : pour plus de détails RDV dans la dernière partie de l’article.

    La composition… discutable

    Avez-vous déjà essayé de lire, et accessoirement de comprendre, une étiquette d’un produit d’hygiène ?

    Avant de m’intéresser aux sujets de l’environnement, j’avais toute une panoplie de produits très classiques dans ma salle de bain. Un jour sous la douche, par curiosité, j’ai regardé la composition de mon shampoing d’époque (le très célèbre shampoing antipelliculaire).

    Bon… autant vous dire que je n’ai pas tout compris. Néanmoins certains mots m’ont paru un peu agressifs. Il m’a suffi de taper « composition H&S » pour me rendre compte que mes doutes étaient justifiés. Voici son comparatif des substances toxiques réalisés par UFC Que Choisir : 

    Illustration SDB 2.png

    Illustration SDB 3.png

    Pour un produit que j’utilisais plusieurs fois par semaine, je trouvais le risque trop élevé. 

    Allergènes en tout genre, perturbateurs endocriniens, produits irritants, métaux lourds… un bon petit mélange présent dans les produits que nous mettons à même notre peau !

     

    C’est bien beau tout ça, mais alors comment choisir me demanderez-vous ? A moins de devenir chimiste et de connaitre toutes les molécules, je vous conseillerais :

    • Soit de télécharger une application qui note les produits en fonction de leur composition. Selon le site Infodurable, les meilleures applications sont : QuelCosmetic, Yuka ou INCI Beauty
    • Soit de choisir des produits plus simples : rdv dans la prochaine partie pour plus de détails.

    Des alternatives existent !

    Il existe plusieurs alternatives possibles pour ne plus se poser la question ni de la composition ni des déchets.

    De nombreuses marques, pour beaucoup françaises, ont vu le jour. Leurs produits sont composés d’ingrédients sains et permettant de limiter la quantité de déchet. Vous pourrez les trouver sur internet ou tout simplement dans les boutiques comme La Vie Claire à Maisons-Laffitte, Biocoop Greendy à Sartrouville ou encore Day By Day à Sartrouville.

     

    Ces marques alternatives proposent :

    • Des savons, shampoings, déodorants et dentifrices solides qui remplacent les produits traditionnels ; il est possible de devoir en tester plusieurs avant de trouver « celui qui va ! ». Choisir des produits solides permet de réduire la quantité de déchets en plus d’être économique !
    • Des cotons lingettes lavables à la place des cotons jetables. C’est le changement le plus facile, surtout lorsque, comme moi, on n’aime pas toucher le coton.
    • Des oriculis en remplacement des cotons tiges.
    • En crème pour le corps et le visage, personnellement j’utilise du gel d’aloé Vera ou du beurre de karité en fonction, mais cela va surtout dépendre de votre type de peau. Les huiles font aussi très bien l’affaire (argan, amande douce, etc.)
    • Brosse à dent en bois à tête amovible pour limiter les déchets
    • Il y a également la possibilité de faire soi même ses produits. De nombreuses recettes sont disponibles sur internet. Un article à part entière sera consacré à ce sujet très prochainement. Donc restez aux aguets si cela vous intéresse !

     

    Cette liste est bien sûr non exhaustive. Certaines solutions vous conviendront, d’autres non. Je vous invite à tester et à garder ce qui vous convient le mieux.

    J’espère que cet article vous aura donné l'envie de tester des alternatives à vos produits habituels !

  • Le Compostage : une Solution toute Naturelle !

     

    Illustration Compostage 1.jpg

    À l’heure où nous cherchons à réduire nos déchets, à recycler le plus possible, le compostage est une solution redoutablement efficace pour faire perdre du poids à nos poubelles et pour éviter des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES). Démonstration à l’appui :

    Illustration Compostage 2.jpg
    D’abord, le compostage c’est quoi ?

    C’est un processus de décomposition des déchets organiques permettant d’obtenir une matière naturelle, le compost, ayant vocation à retourner à la terre.

    Autrement dit, c’est une méthode de recyclage naturelle et à la portée de tou.te.s.

    Que gagnons-nous à composter ?

    • du compost, un engrais naturel de qualité pour nos plantes en pots et jardinières et nos cultures en pleine terre ;
    • un jardin en bonne santé : le compost remplace avantageusement tous les engrais chimiques et favorise le développement de la biodiversité. Vive le retour des mésanges et des coccinelles qui mangent les pucerons, du hérisson qui adore les escargots et les limaces !
    • une meilleure qualité de l’air et donc une meilleure santé : la réduction des déchets entraîne mécaniquement une diminution du trafic des camions poubelles et des émissions des incinérateurs (moins de CO2, dioxines, monoxyde de carbone, etc.) ;
    • des économies : grâce à la baisse du volume des déchets collectés puis traités, notre TEOM (Taxe à l’Enlèvement des Ordures Ménagères) a tendance à baisser, ou du moins à se stabiliser. Et plus besoin d’acheter d’engrais.

    Oui, mais … halte aux idées reçues :

    • c’est du travail : mis à part le dépôt des déchets dans le composteur, l’essentiel du travail est fait par les micro-organismes et de petits invertébrés peuplant le composteur ;
    • c’est compliqué : la seule chose à savoir, c’est qu’il faut nourrir le composteur avec deux types d’ingrédients :
      Illustration Compostage 3.jpg
      • des matières sèches riches en carbone (déchets bruns) : feuilles mortes et déchets à base de bois (brindilles, sciure et copeaux, papier, carton).
      • des matières humides riches en azote (déchets verts) : tontes de gazon et déchets végétaux verts, épluchures de légumes et de fruits, restes végétaux cuits ou crus, marc de café et sachets de thé et de tisane, coquilles d’œufs bien broyées …
    • ça sent mauvais : un compost bien mené (remué de temps en temps) dégage une agréable odeur de sous-bois, voire pas d’odeur du tout ;
    • ça attire les nuisibles : non si vous ne mettez à composter ni viande ni poisson ; et pour avoir l’esprit tranquille, il suffit de mettre un couvercle sur le composteur (ceux du commerce en ont généralement) ;
    • ça attire les moucherons : c’est vrai qu’ils peuvent être présents l’été mais ils ne sortent pas du composteur ;
    • il faut de l'espace : il existe des composteurs de différentes dimensions, s’adaptant à toutes les tailles de jardin ;
    • il faut habiter une maison : le compostage peut se pratiquer dans son jardin, mais aussi au pied des immeubles. Le compostage partagé dans une résidence a l’avantage de créer des liens entre les voisins !

    La Communauté d’Agglomération Saint Germain Boucles de Seine accompagne les résidences dans la mise en place et l’utilisation de composteurs : http://www.saintgermainbouclesdeseine.fr/environnement/reduction-des-dechets/le-compostage-et-le-paillage/faites-votre-compost/le-compostage-en-immeuble/

     Illustration Compostage 4.jpg

    Comment savoir quand le compost est prêt à être utilisé ?

    Le compost est une terre grumeleuse de couleur brun foncé, ni trop sèche, ni trop humide.
    Il ressemble au terreau de forêt.

     

    Illustration Compostage 5.jpgUn signe de son excellente qualité : la présence de larves de cétoine ! Ces larves se nourrissent de déchets végétaux et adorent de ce fait les composteurs.

    Et c’est tout bénéfice pour les jardins : les cétoines dorées sont de jolis scarabées pollinisant les fleurs.

     

     

    Où trouver un composteur ?

    Les magasins de jardinage et de bricolage proposent différents modèles, en plastique (les moins chers) ou en bois.
    On peut aussi fabriquer soi-même son composteur, à partir de palettes, de vieilles planches, en faisant appel à son imagination ou aux nombreux tutoriels en ligne …

    Bon à savoir : La Communauté d’agglomération Saint Germain Boucles de Seine propose aux particuliers et aux résidences trois modèles de composteurs en bois à prix réduits, et une initiation gratuite. Pour s’inscrire :

    http://www.saintgermainbouclesdeseine.fr/environnement/reduction-des-dechets/le-compostage-et-le-paillage/faites-votre-compost/le-compostage-de-jardin/


  • Tawashi, l’éponge japonaise !

    Pourquoi adopter le tawashi ?

    Les motivations sont multiples :

    • Ne plus acheter d’éponges ou de lavettes : non seulement vous réduirez votre volume de déchets, mais vous éviterez l’utilisation d’éponges du commerce, qu’elles soient synthétiques ou naturelles,
    • Donner une seconde vie à de vieux vêtements et autres déchets textiles,
    • Utiliser des accessoires plus sains, puisque le tawashi est lavable,
    • Adapter l’outil à son usage : il peut avoir différentes tailles, il est plus ou moins grattant selon le tissu utilisé,
    • Augmenter son degré d’autonomie.

    Et surtout :

    Faire une activité manuelle facile, amusante et utile, pourquoi pas en famille !

     

    Préparation du matériel de fabrication

    Avant de fabriquer votre premier tawashi, il vous faut préparer une planche cloutée, qui pourra vous resservir autant de fois que vous le désirez.

    Vous pourrez par exemple avoir 2 planches pour réaliser des tawashi de différentes tailles selon l’usage souhaité.

    Pour une planche de taille standard, il vous faut :

    • Une planche d’environ 20 x 20 cm
    • Une règle
    • Un stylo ou crayon
    • 28 longs clous à tête (mini 3 cm)
    • Un marteau

     

    Etapes de fabrication 

    • Tracer un carré de 16 x 16 cm, centré, donc à 2 cm des bords
    • Porter une marque tous les 2 cm, soit 7 marques par côté
    • Planter un clou sur chaque marque. Ne pas planter de clou aux angles.

    Votre planche cloutée est prête !

     

    Réaliser un premier tawashi

    1) Couper des bandes de tissu :

    Couper 14 bandes d’environ 3 cm de large dans des manches de tee-shirt, des legging, des collants ou des chaussettes.

    2) Réaliser le tissage :

    Placer 7 bandes parallèles, puis tisser les 7 autres bandes.

    3) Terminer le tawashi :

    Détacher de son clou le 1er anneau situé dans le coin haut droit. Écarter l’anneau entre votre pouce et votre index et y faire glisser l’anneau suivant après l’avoir détaché de son clou. Procéder de même anneau après anneau en faisant le tour, jusqu’au dernier anneau qu’il faudra allonger un peu plus afin qu’il serve d’accroche. Voir les tutos référencés ci-dessous !

    tawashi-5.jpg

    Une deuxième méthode

    La méthode précédente utilise des bandes de tissu ; il existe une autre méthode qui utilise un fil large de tissu, réalisé par exemple à partir d’un tee-shirt. Cette méthode est expliquée dans le 2ème tuto ci-dessous.

     

    Tutos

    Plusieurs tutos existent sur internet, nous en avons sélectionné deux, qui vous permettront de bien comprendre et de mettre en application ces quelques explications :

    https://kaizen-magazine.com/diy/do-it-yourself-realiser-un-tawashi/

    https://www.meliecoop.fr/tutos/tawashi/

    TAWASHI-ET-GRATOUNETTE.jpg

  • Des Produits d’Entretien Maison, une Bonne Re-Solution !

    Fabriquer soi-même ses produits d’entretien est dans l’air du temps, mais pour passer de l’idée à la réalisation, il faut parfois le déclic ! Nous espérons que la lecture de ce modeste article le déclenchera !

    Illustration produits entretien.jpg

    POURQUOI faire ses produits d’entretien ?

    Les bonnes raisons d’abandonner les produits industriels ne manquent pas : préservation de notre santé et celle de la planète,… petites économies toujours bienvenues.

    Plusieurs études l’ont montré, l’air de nos maisons est plus pollué que celui de l’extérieur, en cause les produits d’entretien. Ils sont agressifs pour la peau et pour les bronches, asthmatiques s’abstenir !

    L’achat répété de lessives et d’une panoplie de produits très spécialisés remplit nos placards et nos poubelles d’emballages, tandis que les fabriquer soi-même permet de réutiliser les contenants. Pour réaliser les différents produits nécessaires à l’entretien d’une maison, 5 ingrédients sont suffisants ! Le principal ingrédient est généralement l’eau du robinet, à 4€/le m3, soit moins d’un demi centime d’€ par litre, vous ne trouverez pas produit moins cher !

    Et pourquoi ces recettes ne seraient-elles pas l’occasion d’un jeu avec un enfant ? Les dosages et pesées sont une expérience bien utile pour donner un sens aux apprentissages du très rébarbatif système métrique !

     

    Quels sont les ingrédients utilisés et leurs caractéristiques ?

     Deux ingrédients sont si naturels que l’on n’y pense même pas, ce sont l’air et l’eau…et pourtant, ils contribuent grandement au nettoyage et à l’assainissement de nos habitats.

     

    L’EAU – H2O

    Principal ingrédient des produits d’entretien, il est indispensable pour le nettoyage proprement dit. Pour accroitre son efficacité, il faut augmenter ses propriétés tensio-actives – capacité à mouiller et détacher la graisse – soit en utilisant de l’eau chaude, soit en y ajoutant des produits (vinaigre blanc, savon, etc.). A Maisons-Laffitte, notre eau étant peu calcaire, le savon a toute son efficacité : utilisons la lessive à petite dose.

     

    L’AIR

    Les peintures, le mobilier, les jouets en plastique, certains revêtements de sol ou toute autre matière issue de la pétrochimie émettent, durant toute leur vie, des molécules volatiles toxiques. C’est pourquoi l’aération quotidienne (au moins 10 minutes, même en hiver) est indispensable. De plus, le froid d’une part et la lumière avec ses rayons UV d’autre part, ont la capacité d’éliminer ou de ralentir le développement des bactéries, acariens, etc.

     

    Pour le reste, les ingrédients nécessaires à la fabrication des produits sont écologiques et pour la plupart naturels et 100% biodégradables. Ils remplacent avantageusement les produits industriels, y compris l’eau de Javel dont on déplore les effets nocifs sur les voies respiratoires, le développement de l’asthme, d’allergies ou de migraines. Ils sont efficaces, tout en étant non polluants et beaucoup moins chers. Attention, ils ne sont pas sans danger pour autant, ils doivent être tenus hors de portée des enfants.

    Employés seuls, il ont déjà de nombreux atouts.

     

    Le VINAIGRE d’ALCOOL, blanc ou cristal – CH3COOH

    100% naturel et biodégradable. Avec le bicarbonate de soude, c’est l’ingrédient de base des recettes. Il remplace, seul ou accompagné, de nombreux produits du commerce. Il est obtenu par fermentation d’un alcool dilué de maïs ou de betterave.

    Dégraissant, désodorisant, antiseptique, antiparasites, antifongique, bref, un produit d’entretien idéal.

    Détartrant, il dissout le calcaire déposé sur les sanitaires ou la bouilloire.

    Alternative : il peut être remplacé par un jus de citron dilué ou de l’acide citrique en poudre, à raison de 2 à 5 cuillères à soupe par litre d’eau.

     

    Le BICARBONATE de sodium ou bicarbonate de soude – NaHCO3

    100% naturel et biodégradable. Cette poudre inodore et soluble, se trouve naturellement dans l’eau de mer et chez tous les êtres vivants. Il neutralise les acides et donc de nombreuses odeurs.

    Grâce à ses très nombreuses propriétés, le bicarbonate est utilisé comme :

    • adoucissant et anticalcaire, il est parfait pour le linge et le nettoyage de la salle de bain et de la cuisine ;
    • dégraissant et abrasif, parfait pour nettoyer les surfaces ;
    • insecticide et fongicide, il élimine les parasites des légumes ;
    • absorbe les odeurs, de la poubelle ou du frigo ;
    • remplace la levure chimique, mélangé au citron, le bicarbonate fait lever les pâtes ;
    • facilite la digestion de certains légumes comme le chou grâce à une pincée dans l’eau de cuisson, il luttera contre les remontées acides.

     

    Le SAVON NOIR ou savon mou

    Liquide très visqueux, brun doré, ne mousse pas ou peu. Il est fabriqué à partir de potasse et d’huile végétale (lin, olives, maïs,...).

    Très dégraissant et détachant, il nettoie le four, la hotte, les vitres, enlève les taches de goudron et décape les peintures à l’huile. Peut aussi être utilisé comme détergent dans le lave-vaisselle.

    Nettoie en profondeur et fait briller, nourrit et protège les surfaces, en particulier les ardoises, le marbre, tous les carrelages et les linos.

    C’est également un insecticide très efficace au jardin.

     

    Le SAVON de Marseille

    Sous forme de bloc, copeaux ou paillettes, il est fabriqué avec de la soude (NaOH) et des huiles végétales (olive, arachide, coco, coprah, palme, …) ou des graisses animales pour le savon industriel. Ce dernier  contient également de nombreux additifs qui diminuent sa biodégradabilité. Moins efficace que le savon noir pour le nettoyage de la maison, il est idéal pour le linge ou la vaisselle en remplacement du liquide vaisselle.

     

    Les CRISTAUX de SOUDE ou carbonate de sodium - Na2CO3

    Ils peuvent se trouver à l‘état naturel ou se fabriquer à partir de sel et de craie. Plus basique que le bicarbonate, ils peuvent irriter les peaux sensibles. Ils neutralisent les acides, décomposent les matières organiques : taches alimentaires, mais aussi les bouchons des canalisations. Ils réagissent avec le calcaire de l’eau, permettant d’augmenter l’efficacité du savon. Utile pour le nettoyage de l’émail, pour la lessive ou pour adoucir l’eau.

     

    COMMENT fabriquer ses produits d’entretien à la maison ?

     Vous avez peur de vous y mettre ? Commencez par la recette simplissime du produit pour les vitres.

    NETTOYANT POUR VITRES :

    • Ingrédients pour 1,5 L
      • 0,5 L de vinaigre blanc (ou d’alcool)
      • 1 cuillère à café de savon noir
      • 1 L d’eau
    • Préparation : Mettre tous les ingrédients dans un flacon vaporisateur. Bien secouer pour mélanger, c’est prêt !
    • Utilisation : Nettoyer avec une éponge imbibée de produit. Passer la raclette, puis le chiffon.

     

    Vous trouverez les recettes suivantes sur le blog MLDD :

    • Le nettoyant multi-usages, parfait pour les carrelages !
    • La crème à récurer, un très bon produit pour nettoyer les sanitaires
    • La lessive et l’adoucissant
    • Le savon liquide pour se laver les mains
    • Le nettoyant et le détartrant pour les WC
    • La poudre pour le lave-vaisselle, cette recette ou simplement l’utilisation du savon noir, vous assurera une sacrée économie vu le prix des tablettes !
    • Le débouche-évier/tuyauterie, il évite d’utiliser des produits très corrosifs qui polluent l’eau
    • Le nettoyant spécial cuivre

                                                                                           

    Suivez ce lien pour télécharger nos recettes !

    ou copiez / collez ce lien dans votre navigateur :

    http://maisons-laffitte-dd.hautetfort.com/files/Prod_Entretien_MLDD_5p.pdf

     Illustration produits entretien maison.jpg