Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Santé

  • Balade Réseau Vélo 78 ouverte à Tous, Dimanche 27 Mars

    L'association Réseau Vélo 78 organise sa sortie de printemps. Elle est gratuite, ouverte à tous, adhérents et non adhérents et elle est accessible aux non-sportifs : rythme balade, on attend tout le monde !

    Rendez-vous Dimanche 27 Mars

    Retrouvez les informations détaillées sur le site de l'association.

    Illustration RV78.png

  • Pétition : Accès au Pôle Santé de Sartrouville pour les Piétons et les Cyclistes

    Devant le manque d'écoute de la part de la mairie de Sartrouville, l'association Réseau Vélo 78 lance une pétition pour demander que soit réalisé un accès au pôle santé Madeleine Brès pour les piétons et les cyclistes.

    Lien vers la pétition

    Texte de la pétition adressée au maire de Sartrouville :

    Le pôle de santé Madeleine Brès est situé entre l'avenue Maurice Berteaux et la rue de Reims. L'accès est uniquement possible par la départementale 308 très dangereuse pour les cyclistes car dépourvue d'aménagements cyclables. Cet accès impose un détour pour les piétons venant du quartier de l'union.

    Un accès par la rue de Reims serait très facile à réaliser à travers un espace entre l'immeuble neuf voisin et le pôle santé. Cet espace est actuellement jonché de détritus malpropres qu'il serait urgent de déblayer pour réaliser un passage depuis la rue de Reims.

    Monsieur le Maire, vos services nous ont refusé 2 fois la réalisation de ce passage.

    Il est temps que la mairie de Sartrouville manifeste son engagement vis-à-vis des circulations douces et accède aux demandes des habitants de ce quartier et des clients du pôle santé et réalise ce cheminement doux.

    Lien vers la pétition

    petition-img-168307-fr.jpg

     

  • Quel Avenir pour le Quartier du Marché de Maisons-Laffitte ?

    Quel Avenir pour le Quartier du Marché de Maisons-Laffitte ?

    Telle est la question posée par l'association ADDQMML (Association pour la Défense et le Développement du Quartier du Marché de Maisons-Laffitte) et, ci-dessous, le message adressé aux adhérents de l'association.

    Le questionnaire peut être renseigné par toute personne intéressée par le devenir du marché et de son quartier, n'hésitez donc pas à y répondre pour vous exprimer !

    Questionnaire en ligne

    "Notre association a fait annuler le projet de la mairie concernant le parking du marché. Construire un parking payant ainsi qu’un immeuble de bureaux de 5600 m2 était une aberration et de toute façon inadapté aux besoins de notre ville.

     

    Aujourd'hui Maisons-Laffitte fait face à de nombreux enjeux, parmi lesquels un fort regain pour le local et le commerce de proximité ; une activité du marché, auquel tous les Mansonniens sont attachés, qui reste très fragile ; le développement du télétravail avec la crise du Covid ; un centre-ville qui se densifie fortement ; une circulation difficile dans des rues étroites ; la place du parking du marché reste le dernier terrain libre du centre-ville.

     

    Quel projet, quel programme faut-il développer ?

     

    Nous avons appris lors du Conseil Municipal du mois de décembre que le maire y travaille depuis plusieurs mois, mais sans qu'il n'en dévoile le moindre détail.

     

    L’ADDQMML demande à la ville l’élaboration d’un nouveau programme d’aménagement, un programme d’actualité et ambitieux pour l’avenir de Maisons-Laffitte, intégrant toutes les dimensions relatives au développement harmonieux de notre commune et plus particulièrement de son centre-ville, en y associant tous les Mansonniens, les associations représentatives, les commerçants, les entreprises.

     

    Nous avons demandé à rencontrer monsieur le maire, sans réponse à ce jour.

     

    L'ADDQMML continuera à jouer un rôle moteur pour valoriser le quartier du marché de Maisons-Laffitte et entend participer à l'élaboration de ce programme.

     

    Nous souhaitons initier une réflexion globale et partagée avec comme périmètre le quartier du marché, allant de la piscine jusqu’à l’avenue de Longueil, depuis la voie ferrée jusqu’à la rue de la Muette pour y intégrer les éléments à préserver, les améliorations à développer.

     

    Nous y réfléchissons depuis plusieurs mois déjà.


    Nous allons organiser un débat public au premier trimestre 2022.

     

    Sans attendre, vous pouvez nous faire part de vos avis et suggestions en remplissant le questionnaire en ligne (en cliquant directement sur le lien)."

     

    N'hésitez pas à relayer le questionnaire auprès de vos connaissances.

     

    Page Facebook de l'association ADDQMML

    Marche de Maisons Laffitte.png

  • Boire l'Eau du Robinet : ça coule de Source !

    Depuis quelques années, l’eau du robinet a subi des critiques sur sa composition. Beaucoup d’interrogations sur la IMG_2735.jpgqualité de l'eau des nappes phréatiques sont nées des quantités de pesticides et engrais chimiques déversés sur nos terres. Et ceci n'est pas spécifique à l'eau du robinet puisque cela concerne également les eaux embouteillées.

    Heureusement, on commence à protéger les bassins versants en interdisant l’épandage de tout produit chimique sur la zone de captage, et lorsqu’une eau a perdu de sa pureté, les systèmes de dépollution sont de plus en plus efficaces. Partout en France, l’ARS (Agence Régionale de Santé) exerce des contrôles sur l’eau du robinet. Il n’y a pas produit alimentaire plus surveillé. 

    A titre d’exemple, à Maisons-Laffitte, 200 contrôles annuels sont effectués à différents stades de la distribution, jusqu’au robinet. En comparaison, l’eau une fois mise en bouteille a une garantie de qualité valable 2 ans…  2 ans dans une bouteille en plastique, éventuellement stockée au soleil et sans aucun contrôle sur son évolution.

    Exceptionnelle, notre eau de l’Albien !

    Allons plus loin, si l’on regarde la provenance de l’eau distribuée sur l’ensemble du territoire de Maisons-Laffitte, nous avons beaucoupSables verts Albien.jpg de chance : notre eau est puisée dans les profondeurs de la terre. Cette chance, nous la devons à M. Etienne Péroux.

    Il était directeur de la Compagnie des Eaux de Maisons-Laffitte à la fin du XIXe et il a eu l’idée, fort à propos, de forer un puits dans une des couches du bassin parisien, celle de l’Albien entre 650 et 750 m. Cette couche est formée de sables verts très fins, très compacts qui retiennent et filtrent lentement les eaux de pluie tombées dans un rayon de 300 à 400 km autour de Paris.

    Grâce à des analyses isotopiques, nous savons que les eaux extraites de cette nappe aquifère ont été collectées en surface, entre 8.000 et 25.000 ans avant le présent, ce qui recouvre la période magdalénienne, quand nos ancêtres décoraient les grottes de Dordogne !

     

    Notre eau a été filtrée par la terre pendant des millénaires…elle est indemne de toute pollution de surface, chimique ou bactérienne : pas de nitrates, pas de pesticides.

    Un petit privilège que peu de communes peuvent s’offrir. C’est maintenant une nappe qualifiée de « réserve stratégique » car il serait impossible de procéder à une attaque chimique dans les profondeurs de l’Albien. Eau d’excellence, raison supplémentaire pour éviter tout gaspillage !

     

    Indispensables à notre organisme, les sels minéraux et oligo-éléments sont-ils en bonne quantité  ?

    Tableau eau ML.png

    Essentiels au bon fonctionnement de notre organisme, on trouve les sels minéraux et oligo-éléments dans l’eau, une des raisons pour lesquelles il est important de boire de l’eau en quantité suffisante.

    L’eau de l’Albien est peu minéralisée, voilà qui est recommandé pour une eau que l’on boit tous les jours. Elle est peu calcaire, ce qui facilite l’entretien de nos appareils ménagers. Enfin, elle contient du fluor en quantité satisfaisante, ni trop, ni trop peu, un oligo-élément qui protège naturellement des caries dentaires.

    Quelques recommandations

    Comment optimiser la qualité de l’eau à boire ?

    Pour la préserver de toute attaque bactérienne depuis son extraction jusqu’au robinet, notre eau est faiblement chlorée. Il est donc recommandé de placer une carafe quelques heures avant consommation dans le réfrigérateur. En se refroidissant, le chlore dissous dans l’eau se transforme en gaz et s’évapore rapidement.

    Comment éviter les dépôts de calcaire dans le chauffe-eau ou la chaudière ?

    Limiter la température à 60°C car, au-delà, le dépôt de tartre est beaucoup plus rapide.

    Comment enlever le calcaire qui se dépose dans les petits appareils ménagers ?

    Il suffit de verser un fond de vinaigre blanc et de laisser agir quelques minutes. En éliminant le calcaire de votre bouilloire ou cafetière, vous optimiserez leur fonctionnement : ils chaufferont plus vite tout en consommant moins d’électricité.

    Comment doser la lessive dans une eau peu calcaire ?

    Faiblement ! Moins l’eau contient de calcaire, plus la lessive se dissout facilement et meilleure est son efficacité. Bonne nouvelle : faites des économies bien placées, des économies de  détergents !

    Toujours pas convaincu ?

    10 litres d’eau ne coûtent que 3 centimes d’euro, livrée à domicile, zéro transport, zéro déchet, qui dit mieux ?

    A contrario, l’eau en bouteille a un coût environnemental impressionnant : matière première utilisée (plastique ou verre), énergie (fabrication de la bouteille, transports jusqu’au magasin, puis à votre domicile, ensuite collecte du déchet « bouteille » et traitement), et encore… la dépense en eau, de 2 à 3 litres d’eau pour remplir une bouteille !

     

    Bref, choisir l’eau du robinet plutôt que l’eau en bouteille, c’est faire des économies sur les plans environnemental, financier … et musculaire : tourner un robinet est nettement moins fatigant que de porter des packs d’eau !

     

    Pour en savoir plus sur les puits artésiens de Maisons-Laffitte et pour retrouver des photos exceptionnelles, suivez ce lien !

    Puits artesien Maisons-Laffitte.png

    Puits artésien de Maisons-Laffitte
    Carte postale, publiée sur le site https://www.gites-lespetitesecuries.fr

  • Jouons à Cache-cache avec les Déchets dans la Salle de bain !

    Dans cet article nous allons passer au crible les produits de la salle de bain. C’est une des pièces où se cachent beaucoup de déchets et cela sans vraiment que nous nous en rendions compte.Illustration SDB 1.jpg

    Pour remettre en question les produits classiques que l’on peut trouver dans une salle de bain il faut s’intéresser à la composition et au packaging des produits. C’est ce que nous verrons dans les deux premiers points de l’article. Nous pourrons ensuite passer au côté plus « fun » : les alternatives possibles.

    Les déchets… très nombreux

    Plus vous avez de produits dans vos placards, plus vous aurez de déchets ! C’est quand je me suis rendue compte de cela que j’ai réduit drastiquement le nombre de produit que j’avais.

    Shampoing, après shampoing, gels douches, crèmes de jour, crèmes de nuit, masques, exfoliants, soins pour les cheveux, pour la barbe, crèmes pour le corps, crèmes pour les mains, crèmes pour les pieds, maquillages, démaquillants, cotons, cotons-tiges… et j’en oublie certainement !

     

    En y pensant c’est fou le nombre de produits que les marques peuvent nous vendre. Et avec… les inévitables déchets bien évidemment ! Car tout ça est généralement bien emballé, dans son pot et la boite en carton dans lequel le pot se trouve et un petit peu de plastique en plus en fonction des produits.

     

    Tout ça constitue généralement une part non négligeable de nos déchets. Pour limiter leur quantité plusieurs options :

    • Quand c’est possible prendre le format familial
    • Opter pour des produits « tout en un », par exemple une crème pour le visage qui va aussi bien pour le jour que pour la nuit.
    • Remettre en question l’efficacité de certains produits, par exemple l’après-shampoing (ils n’ont jamais marché sur moi) et arrêter de les acheter.
    • Réduire la fréquence des shampoings (vos cheveux vous diront merci) / ajouter de l’eau au shampoing (il sera plus facile et rapide à rincer et vous ferez des économies d’eau)
    • Remplacer les produits exfoliants par un massage au gant de crin ou à la brosse (une serviette bien rêche marche aussi très bien).
    • Choisir des produits solides : pour plus de détails RDV dans la dernière partie de l’article.

    La composition… discutable

    Avez-vous déjà essayé de lire, et accessoirement de comprendre, une étiquette d’un produit d’hygiène ?

    Avant de m’intéresser aux sujets de l’environnement, j’avais toute une panoplie de produits très classiques dans ma salle de bain. Un jour sous la douche, par curiosité, j’ai regardé la composition de mon shampoing d’époque (le très célèbre shampoing antipelliculaire).

    Bon… autant vous dire que je n’ai pas tout compris. Néanmoins certains mots m’ont paru un peu agressifs. Il m’a suffi de taper « composition H&S » pour me rendre compte que mes doutes étaient justifiés. Voici son comparatif des substances toxiques réalisés par UFC Que Choisir : 

    Illustration SDB 2.png

    Illustration SDB 3.png

    Pour un produit que j’utilisais plusieurs fois par semaine, je trouvais le risque trop élevé. 

    Allergènes en tout genre, perturbateurs endocriniens, produits irritants, métaux lourds… un bon petit mélange présent dans les produits que nous mettons à même notre peau !

     

    C’est bien beau tout ça, mais alors comment choisir me demanderez-vous ? A moins de devenir chimiste et de connaitre toutes les molécules, je vous conseillerais :

    • Soit de télécharger une application qui note les produits en fonction de leur composition. Selon le site Infodurable, les meilleures applications sont : QuelCosmetic, Yuka ou INCI Beauty
    • Soit de choisir des produits plus simples : rdv dans la prochaine partie pour plus de détails.

    Des alternatives existent !

    Il existe plusieurs alternatives possibles pour ne plus se poser la question ni de la composition ni des déchets.

    De nombreuses marques, pour beaucoup françaises, ont vu le jour. Leurs produits sont composés d’ingrédients sains et permettant de limiter la quantité de déchet. Vous pourrez les trouver sur internet ou tout simplement dans les boutiques comme La Vie Claire à Maisons-Laffitte, Biocoop Greendy à Sartrouville ou encore Day By Day à Sartrouville.

     

    Ces marques alternatives proposent :

    • Des savons, shampoings, déodorants et dentifrices solides qui remplacent les produits traditionnels ; il est possible de devoir en tester plusieurs avant de trouver « celui qui va ! ». Choisir des produits solides permet de réduire la quantité de déchets en plus d’être économique !
    • Des cotons lingettes lavables à la place des cotons jetables. C’est le changement le plus facile, surtout lorsque, comme moi, on n’aime pas toucher le coton.
    • Des oriculis en remplacement des cotons tiges.
    • En crème pour le corps et le visage, personnellement j’utilise du gel d’aloé Vera ou du beurre de karité en fonction, mais cela va surtout dépendre de votre type de peau. Les huiles font aussi très bien l’affaire (argan, amande douce, etc.)
    • Brosse à dent en bois à tête amovible pour limiter les déchets
    • Il y a également la possibilité de faire soi même ses produits. De nombreuses recettes sont disponibles sur internet. Un article à part entière sera consacré à ce sujet très prochainement. Donc restez aux aguets si cela vous intéresse !

     

    Cette liste est bien sûr non exhaustive. Certaines solutions vous conviendront, d’autres non. Je vous invite à tester et à garder ce qui vous convient le mieux.

    J’espère que cet article vous aura donné l'envie de tester des alternatives à vos produits habituels !